Bulletin de la Société royale de botanique de Belgique (1886)

Rosae Synstylae: études sur les roses de la section des Synstylées
François Crépin

ROSAE SYNSTYLAE

Les stipules, dans le R. multiflora, sont longuement fimbriées, à laciniures beaucoup plus longues que le diamètre du limbe. Ce seul caractère permet de distinguer ce type dé toutes les autres espèces de la section. Dans le R. Wichuraiana, les stipules sont ordinairement assez profondément dentées, mais les dents n'égalent pas le diamètre du limbe; dans le R. Luciae, elles sont finement denticulées, à denticules courts; dans le R. tunquinensis, elles sont plus profondément denticulées que dans le R. Luciae. Dans les autres espèces de la section, les bords des stipules sont munis de très petits denticules calleux ou glanduleux à la pointe (1). Il se présente parfois des variations, dans le R. phoenicia et R. moschata, par exemple, où les denticules deviennent plus long qu'à l'ordinaire. The stipules, in the R. multiflora, are long fimbriated, with lesiniures much longer than the diameter of the lamina. This character alone distinguishes this type from all other species in the section. In R. Wichuraiana the stipules are usually rather deeply toothed, but the teeth do not equal the diameter of the lamina; in R. Luciae, they are finely denticulate, with short denticles; in R. tunquinensis they are more deeply denticulate than in R. Luciae. In the other species of the section, the edges of the stipules are furnished with very small callicous or glandular denticles at the tip (1). Sometimes there are variations in R. phoenicia and R. moschata, for example, where the denticles become longer than usual.

(1) Dans les diagnoses suivantes, j'ai employé l'expression de ciliés-glanduleux pour les bords stipulaires à cils calleux ou glanduleux, ou même pour les bords stipulaires à denticules très fins et très petits.

(1) In the following diagnoses, I have used the expression of ciliates-glandular for the stipular edges with callous or glandular eyelashes, or even for the stipular edges with very fine and very small denticles.

La largeur des ailes stipulaires parait varier selon les espèces. Dans le R. Wichuraiana, elles sont plus larges que dans le R. Luciae; dans les R. moschata et R. sempervirens, elles sont plus étroites que dans les R. arvensis et R. phoenicia. Leur longueur varie également selon les espèces. The width of the stipular wings seems to vary according to the species. In R. Wichuraiana, they are larger than in R. Luciae; in R. moschata and R. sempervirens they are narrower than in R. arvensis and R. phoenicia. Their length also varies according to the species.
Quant à la forme et à la direction des oreillettes, elles peuvent offrir, à leur tour, des notes distinctives d'espèce à espèce. C'est ainsi que dans les R. arvensis et R. phoenicia, elles sont assez larges, dressées, tandis qu'elles sont ordinairement très étroites et divergentes dans le R. moschata. Celles du R. sempervirens établissent une transition. As for the shape and direction of the auricles, they can offer, in turn, distinctive notes from species to species. Thus, in R. arvensis and R. phoenicia, they are rather broad, erect, while they are usually very narrow and divergent in R. moschata. Those of R. sempervirens establish a transition.
DIAGNOSES DES ROSAE SYNSTYLAE.
A. Stipulas liberae
(Stipules non ou peu adhérentes au pétiole.)
DIAGNOSES OF ROSAE SYNSTYLAE.
A. Stipules free
(Stipules not or slightly adherent to the petiole.)
1 — Rosa microcarpa Lindl.
(Syn.: R. amoyensis Hance.)
1 — Rosa microcarpa Lindl.
(Syn.: R. amoyensis Hance.)
Inflorescence ombelliforme, assez multiflore, à 1 ou 2 feuilles 5-3-foliolées, à bractées primaires linéaires ou sètacées, non foliacées au sommet, ciliées-glanduleuses, promptement caduques; pédicelles à articulation non basilaire, à bractéoles sétacées, allongées, promptement caduques; boutons assez étroitement ovoïdes, insensiblement atténués en pointe effilée; sépales lancéolés, insensiblement atténués en pointe effilée, les extérieurs à 3-6 appendices latéraux longs et sétacés; corolle très petite; colonne stylique assez courte, épaisse, pubescente; feuilles moyennes des ramuscules florifères et feuilles de la partie moyenne des liges 7-foliolées; folioles ovales, arrondies à la base, plus ou moins longuement atténuées au sommet, glabres ou un peu pubescentes, à dents petites, superficielles; stipules libres ou presque libres, sétacées, ciliées-glanduleuses. Aiguillons épars.
Hab.
— Chine.
Inflorescence umbelliform, fairly multiflorous, 1-2 leaves 5-3 foliate, with primary bracts linear or setaceous, not foliaceous at the apex, ciliate-glandular, promptly deciduous; pedicels with non-basilar articulation, with fixed, elongate, promptly deciduous bracteoles; buds rather closely ovoid, imperceptibly attenuated in tapered point; sepals lanceolate, insensibly attenuated in tapered tip, external to 3-6 lateral appendages long and lethal; corolla very small; stylistic column rather short, thick, pubescent; medium leaves of flowering capitulae and leaves of the middle part of 7-foliolate stems; leaflets ovate, rounded at base, more or less long attenuated at the apex, glabrous or somewhat pubescent, with small, superficial teeth; stipules free or almost free, fixed, ciliate-glandular. Scattered prickles.
Hab. — China.
Obs. — Cette Synstylée est extrêmement distincte et ne peut, dans aucun cas, être confondue avec une autre espèce de la section: elle occupe, dans celle-ci, une place à part, à cause de ses stipules libres ou presque libres et à la fin caduques, et de la brièveté de sa colonne stylique qui, néanmoins, atteint la hauteur des étamines. L'exsertion des styles est normale, constante, et n'est pas le résultat, sur les échantillons desséchés, d'une contraction du réceptacle due à la dessiccation. Dans le R. Banksiae, la dessiccation du réceptacle produit parfois une légère exsertion des styles, qui peut faire supposer que ceux-ci sont saillants au-dessus du col du réceptacle. A l'état frais, les styles du R. Banksiae sont complètement inclus. Obs. — This Synstyle is extremely distinct and can in no case be confused with another species of the section: it occupies a special place in it because of its free or almost free and at the end deciduous stipules. and the brevity of its stylar column, which nevertheless reaches the height of the stamens. The exsertion of the styles is normal, constant, and is not the result, on the dried samples, of a contraction of the receptacle due to desiccation. In R. Banksiae, the desiccation of the receptacle sometimes produces a slight exsertion of styles, which may suggest that these are protruding above the neck of the receptacle. In the fresh state, R. Banksiae's styles are completely included.
Les détails que j'ai donnés, en 1874 et en 1880, sur le R. microcarpa me dispensent d'appuyer sur certaines particularités de cette espèce (conf. Primitiae, pp. 254-256, 522-523). The details I gave in 1874 and 1880 on R. microcarpa dispense with the support of certain peculiarities of this species (Primitiae, pp. 254-256, 522-523).
Dans les spécimens que je possède de Fooschow, recueillis par Hance, les boutons sont un peu plus courts, les sépales plus élargis, moins longs et moins appendiculés que dans les exemplaires de Shang-Haï (coll. Poli) et de Ningpo (coll. Savatier). In the specimens I possess from Fooschow, collected by Hance, the buds are a little shorter, the sepals wider, shorter, and less appendiculate than in the specimens of Shanghai (Poli collection) and Ningpo (coll. Savatier).
Tout récemment, l'un de mes amis, phytographe du plus grand mérite, me demandait si le R. microcarpa ne serait pas intimement lié au R. Banksiae. Il lui avait semblé que certaines particularités observées sur des échantillons de cette dernière espèce pouvaient faire soupçonner le R. microcarpa d'être la souche sauvage du R. Banksiae. Il y a certes entre les deux types quelques traits de ressemblance générale, mais il existe de telles différences essentielles qu'on ne peut s'arrêter un seul instant à l'idée d'une identité spécifique. Il est bien vrai que des auteurs ont réunis spécifiquement les deux Roses, mais cette réunion, il faut le dire, dénote une véritable aberration scientifique. Just recently, one of my friends, a great phytographer, asked me if R. microcarpa would not be closely related to R. Banksiae. It had seemed to him that certain peculiarities observed on samples of the latter species could make R. microcarpa suspect of being the wild strain of R. Banksiae. There are certainly some general resemblances between the two types, but there are such essential differences that one can not stop for a moment at the idea of ​​a specific identity. It is quite true that authors have brought together the two Roses, but this meeting, it must be said, denotes a true scientific aberration.
Petiver, au commencement du 18° siècle, avait déjà figuré le R. microcarpa sous le nom de Rosa cheusan glabra, juniperi fructu. C'est plus d'un siècle après que Lindley lui a donné son nom actuel. Petiver, at the beginning of the 18th century, had already represented R. microcarpa under the name Rosa cheusan glabra, juniperi fructu. It was more than a century later that Lindley gave it its current name.
B. Stipulae adnatae.
(Stipules longuement adhérentes au pétiole.)
B. Stipulae adnatae.
(Stipules long adhering to the petiole.)
2 — Rosa multiflora Thunb.
(Syn.: R. polyantha Siebold et Zucc, R. intermedia Carr.,
R. thyrsiflora
Leroy, R. Wichurae K. Koch.)
2 — Rosa multiflora Thunb.
(Syn.: R. polyantha Siebold et Zucc, R. intermedia Carr.,
R. thyrsiflora Leroy, R. Wichurae K. Koch.)
Inflorescenee pyramidale, ord. très multiflore, à 1 ou 2 feuilles 7-5-3-foliolées, à bractées primaires ovales, non ou très rarement foliacées au sommet, plus ou moins profondément pectinées, assez promptement caduques; pédicelles à articulation basilaire, à bractéoles lancéolées, promptement caduques; boutons courts, ovoïdes-arrondis, brusquement atténués enpointe courte; sépales ovales, brusquement atténués en pointe courte, les extérieurs à 2-4 appendices latéraux ord. très apparents; corolle petite; colonne stylique allongée, grêle, presque toujours glabre; feuilles moyennes des ramuscules florifères et feuilles de la partie moyenne des tiges ord. 9-foliolérs; folioles ord. longuement obovales, assez fortement atténuées à la buse, obtuses, subobtuscs ou brusquement aiguës au sommet, pubescentes, très rarement glabres, à dents larges; stipules adnées, profondément lacinièes, à laciniures plus longues que le diamètre du limbe; aiguillons ord. régulièrement géminés.
Hab.
— Japon et Chine.
Inflorescenee pyramidal, ord. very multiflorous, with 1 or 2 leaves 7-5-3 leaflets, with oval primary bracts, not or very rarely foliaceous at the apex, more or less deeply pectinate, rather quickly deciduous; pedicels with basilar articulation, with lanceolate bracteoles, promptly deciduous; short, ovoid-rounded pimples, abruptly attenuated short stitch; oval sepals, abruptly attenuated in short tips, the exteriors at 2-4 lateral appendices ord. very apparent; small corolla; stylized column elongated, hail, almost always glabrous; medium leaves of blooming capitula and leaves of the middle part of the stems ord. 9-foliolérs; leaflets ord. long obovate, rather strongly attenuated at the nozzle, obtuse, subobtusic, or abruptly acute at the apex, pubescent, very rarely glabrous, with wide teeth; stipules adnate, deeply lacinièes, with laciniures longer than the diameter of the lamina; prickles ord. regularly paired.
Hab. — Japan et China.
Obs. — Dans les Primitiae, pages 123-126, 257-269, 524-531, je me suis très longuement étendu sur le R. multiflora. Obs. — In the Primitiae, pages 123-126, 257-269, 524-531, I spent a very long time on R. multiflora.
La diagnose précédente a été rédigée sur une masse considérable de matériaux spontanés et cultivés; elle résume les caractères principaux de l'espèce, mais ces caractères peuvent ne pas toujours se trouver tous réunis sur certains échantillons. C'est ainsi que parfois les bractées et les bractéoles peuvent persister pendant la floraison, que les sépales extérieurs sont peu appendiculés, que les feuilles moyennes peuvent être seulement 7-foliolées, que les folioles sont ovales au lieu d'être obovales. Ce sont là des variations que le phytographe doit passer sous silence dans une diagnose, à moins de tomber dans des détails qui finiraient par devenir diffus. The preceding diagnosis was written on a considerable mass of spontaneous and cultivated materials; it summarizes the principal characters of the species, but these characters may not always be all together on certain samples. Thus, sometimes bracts and bracteoles may persist during flowering, outer sepals are slightly appendiculated, medium leaves may be only 7-folate, oval leaflets may be obovate. These are variations which the phytographer must pass over in a diagnosis, unless he falls into details which would eventually become diffuse.
J'ai autrefois exprimé des doutes sur la légitimité des variétés microphylla et calva décrites par M. Franchet, dans son Enumeratio plantarum japonicarum; ayant revu ces variétés (1), je suis aujourd'hui porté à croire que ce sont bien des formes du R. multiflora. I once expressed doubts about the legitimacy of the microphylla and calva varieties described by Franchet in his Enumeratio plantarum japonicarum; having reviewed these varieties (1), I am now led to believe that they are forms of R. multiflora.

(1) M. Franchet a eu l'extrême bonté de me confier une seconde fois toutes les Roses japonaises de son herbier, dans lequel se trouvent toutes les récoltes de son collaborateur et ami M. le docteur Savatier.

(1) M. Franchet was extremely kind enough to confide to me a second time all the Japanese Roses of his herbarium, in which are found all the harvests of his collaborator and friend Doctor Savatier.

Quant à la variété trichogyna décrite par le même auteur, il est permis de conserver des doutes sur son identité spécifique. Je suis à me demander si elle ne représenterait pas cette Rose que M. T. Takasima a figurée dans le Journal des Roses de M. Cochet (juillet 1886), et qu'il dit croître dans les hautes montagnes des environs d'Yédo (Fuji-no-yama). Cette Rose a la fleur plus grande que celle du type du R. multiflora et ses pétales sont d'un rose vif. Dans l'herbier de M. Franchet, j'ai vu un échantillon, rapporté des montagnes par un indigène et donné à M. Savatier, qui semble appartenir au même type spécifique que cette variété trichogyna. Comme dans celle-ci, la fleur est assez grande, le bouton est plus allongé et plus étroit que dans le R. multiflora, les styles sont pubescents, les stipules sont brièvement denticulées et non laciniées; seulement les feuilles sont glabres et non pubescentes, les dents foliaires sont glanduleuses et l'axe ramusculaire est chargé de glandes fines. As for the trichogyna variety described by the same author, it is permissible to maintain doubts about its specific identity. I am wondering whether it would not represent that Rose that Mr. T. Takasima has figured in Mr. Cochet's Journal des Roses (July 1886), and that he says is growing in the high mountains around Yedo (Fuji-no-yama). This Rose has a larger flower than the type of R. multiflora and its petals are bright pink. In M. Franchet's herbarium, I saw a specimen, reported from the mountains by a native, and given to M. Savatier, who appears to belong to the same specific type as this trichogyna variety. As in this one, the flower is quite large, the bud is more elongated and narrower than in R. multiflora, the styles are pubescent, the stipules are briefly denticulate and not laciniated; only the leaves are glabrous and non-pubescent, the leaf teeth are glandular and the ramus axis is charged with fine glands.
Siebold et Zuccarini (Florae Japonicae familiae naturales, 1844) ont décrit un R. polyantha qu'ils disent voisin du R. multiflora. Dans mes Primitiae, pages 530 et 531, j'avais à peu près démontré que cette espèce n'était rien autre que le R. multiflora. Lors de mon passage à Munich, au mois d'août dernier, j'ai pu m'assurer que les échantillons authentiques du R. polyantha conservés dans l'herbier du Jardin botanique de celte ville appartiennent bien au R. multiflora. Quant au caractère d'un disque conique égalant les étamines attribué par Siebold et Zuccarini à leur espèce, il n'existe pas et ne peut du reste pas exister. Siebold and Zuccarini (Florae Japonicae familiae naturales, 1844) described a R. polyantha that they call a neighbor to R. multiflora. In my Primitiae, pages 530 and 531, I had almost demonstrated that this species was nothing but R. multiflora. During my visit to Munich last August, I was able to ensure that the authentic samples of R. polyantha preserved in the herbarium of the Botanical Garden of this city belong to R. multiflora. As for the character of a conical disc equaling the stamens attributed by Siebold and Zuccarini to their species, it does not exist and can not exist.
Miquel, dans son Prelusio Florae Japonicae, rapporte le R. polyantha au R. indica L. Ce qui existe, sous le nom de R. indica, dans l'herbier de la flore japonaise ayant servi de base au Prelusio, se compose de deux spécimens du R. indica L. à fleurs doublées et d'un 5° échantillon appartenant à une variété cultivée du R. multiflora, à fleurs rouges et assez fortement doublées. Ce dernier spécimen est accompagné d'une petite étiquette portant: Rosa polyantha S. et Z. Une telle confusion et plusieurs autres que j'ai constatées dans l'herbier de Leyde dénotent que Miquel n'avait qu'une connaissance fort imparfaite des Roses. Miquel, in his Prelusio Florae Japonicae, reports R. polyantha to R. indica L. What exists, under the name of R. indica, in the herbarium of the Japanese flora which served as the basis of Prelusio, consists of two R. indica L. specimens with double flowers and a 5th sample belonging to a cultivated variety of R. multiflora, with red flowers and fairly strongly doubled. This last specimen is accompanied by a small label bearing: Rosa polyantha S. and Z. Such confusion and several others that I found in the Leiden herbarium denote that Miquel had only a very imperfect knowledge of the Roses .
3 — Rosa Luciae Franch. et Rochebr. (pro parte). 3 — Rosa Luciae Franch. et Rochebr. (pro parte).
Inflorescence pyramidale, ord. assez pauciflore, rarement très multiflore, ord. à 1 feuille 5-3-foliolée, à bradées primaires étroitement lancéolées, non foliacées au sommet, très finement et brièvement denticulées, promptement caduques; pédicelles à articulation basilaire, à bracléoles lancéolées, très promptement caduques, même avant la floraison; boutons assez courts, ovoïdes-arrondis, brusquement atténués en pointe courte; sépales ovules, brusquement atténués en pointe courte, les extérieurs ord. entiers, rarement à 1-2 très petits appendices latéraux; corolle assez petite; colonne stylique allongée, assez épaisse, pubescente; feuilles moyennes des ramuscules florifères et feuilles de la partie moyenne des tiges 7-foliotées, très rar. 9-foliolées; foliotes ovales, ord. arrondies à la base, plus ou moins atténuées au sommet, glabres, très rarement un peu pubescentes, à dénis larges; stipules adnées, finement et brièvement denticulées, à denticules beaucoup plus courts que le diamètre du limbe; aiguillons souvent épars.
Hab.
— Japon et Chine.
Pyramidal inflorescence, ord. quite pauciflorous, rarely very multiflorous, ord. 1 leaf 5-3-leaflets, with primary leaves narrowly lanceolate, not foliaceous at the apex, very finely and briefly denticulate, promptly deciduous; pedicels with basilar articulation, with lanceolate bracloles, very promptly deciduous, even before flowering; pimples rather short, ovoid-rounded, abruptly attenuated in short point; sepals ovules, abruptly attenuated in short point, the exteriors ord. whole, rarely to 1-2 very small lateral appendages; corolla rather small; stylized column elongated, rather thick, pubescent; medium leaves of floriferous bloomers and leaves of the middle part of 7-foliate stems, very rare. 9-foliolate; oval leaflets, ord. rounded at the base, more or less attenuated at the summit, glabrous, very rarely a little pubescent, with broad denials; stipules adnate, finely and briefly denticulate, with denticles much shorter than the diameter of the lamina; spines often sparse.
Hab. — Japan and China.
Obs.— En 1871, M. Franchet me communiquait toutes les formes qui ont servi à décrire le R. Luciae Franch. et Rochebr. dans le tome X, pp. 323 et 324, du Bulletin de la Société royale de botanique de Belgique. Cet envoi était accompagné d'une notice manuscrite intitulée: Description de six nouvelles Roses du Japon, par A. Franchet et A. de Rochebrune. Ces six espèces étaient: R. Savatieri, R. yokosensis, R. firma, R. crataegina, R. adenophora et R. Luciliae. Après avoir étudié ces diverses formes, j'en arrivai à les considérer comme appartenant à un seul et même type spécifique, dans lequel je faisais rentrer une Rose que j'avais antérieurement nommée R. Wichuraiana dans l'herbier de Berlin. M. Franchet avait fini par partager mes idées et me proposa de nommer la nouvelle Rose japonaise R. Luciae. C'est sous ce nom qu'il la cite, en 1875, dans son Enumeratio plantarum japonicarum, en lui rapportant huit variétés. Obs. In 1871, M. Franchet communicated to me all the forms which have been used to describe R. Luciae Franch. and Rochebr. in volume X, pp. 323 and 324, of the Bulletin of the Royal Botanical Society of Belgium. This mailing was accompanied by a handwritten note entitled Description of six new Roses of Japan, by A. Franchet and A. de Rochebrune. These six species were R. Savatieri, R. yokosensis, R. firma, R. crataegina, R. adenophora and R. Luciliae. After having studied these various forms, I came to regard them as belonging to one and the same specific type, in which I brought in a Rose which I had formerly named R. Wichuraiana in the Berlin herbarium. M. Franchet had ended by sharing my ideas and proposed to name the new Japanese Rose R. Luciae. It is under this name that he quotes it, in 1875, in his Enumeratio plantarum japonicarum, by bringing him eight varieties.
La variabilité du R. Luciae m'avait toujours paru exceptionnelle et m'inspirait des doutes. C'est l'étude récente à laquelle je me suis livré pour délimiter le R. tunquinensis, qui m'a permis d'expliquer cette variabilité, en reconnaissant que le R. Luciae, tel que nous l'avions entendu avec M. Franchet, est constitué par deux types distincts. A l'un de ceux-ci, je conserve le nom de R. Luciae: l'autre redevient le R. Wichuraiana, que j'avais établi autrefois dans l'herbier royal de Berlin. Cette distinction ne s'est pas faite sans me causer bien des hésitations et sans m'astreindre à de nombreuses recherches. J'ai revu avec les plus grands soins les matériaux de l'herbier du Jardin des plantes de Paris et ceux de l'herbier de M. Franchet. J'ai même fait un voyage tout exprès à Leyde pour y étudier l'herbier spécial de la flore japonaise, dans lequel j'ai trouvé de nombreux spécimens des R. multiflora, R. Luciae et R. Wichuraiana. Parmi les échantillons du R. multiflora, étaient confondus des exemplaires du R. Luciae, et les nombreux spécimens des R. Luciae et R. Wichuraiana étaient mélangés sous le nom de R. moschata Mill. var. microphylla Miq. Le R. moschata var. microphylla du Prelusio de Miquel se rapporte donc à deux types spécifiques: les R. Luciae et R. Wichuraiana. The variability of R. Luciae had always seemed exceptional and inspired me with doubts. This is the recent study I undertook to delineate R. tunquinensis, which allowed me to explain this variability, recognizing that R. Luciae, as we had heard it with M. Franchet, consists of two distinct types. To one of these, I retain the name of R. Luciae: the other becomes R. Wichuraiana, which I had once established in the Royal Herbarium of Berlin. This distinction has not been made without causing me much hesitation and without compelling myself to undertake a great deal of research. I reviewed with the greatest care the materials of the herbarium of the Jardin des Plantes of Paris and those of the herbarium of M. Franchet. I even made a trip to Leiden specifically to study the special herbarium of Japanese flora, in which I found many specimens of R. multiflora, R. Luciae and R. Wichuraiana. Among the samples of R. multiflora were copies of R. Luciae, and the numerous specimens of R. Luciae and R. Wichuraiana were mixed under the name R. moschata Mill. var. microphylla Miq. R. moschata var. microphylla from the Prelusio of Miquel thus relates to two specific types: R. Luciae and R. Wichuraiana.
L'observation que j'ai faite précédemment au sujet du R. multiflora, s'applique au R. Luciae, qui offre également des variations capables d'embarrasser l'observateur. Les folioles sont généralement ovales, mais elles peuvent être parfois plus ou moins obovales et même suborbiculaires, se rapprochant ainsi de celles des R multiflora et R. Wichuraiana; les feuilles sont presque toujours glabres, mais peuvent être, dans quelques cas rares, à pétiole pubescent et à nervure médiane velue; très rarement, les folioles sont au nombre de 9; les sépales extérieurs, souvent entiers, peuvent parfois être appendiculés comme dans le R. Wichuraiana. My earlier observation of R. multiflora applies to R. Luciae, which also offers variations capable of embarrassing the observer. The leaflets are generally oval, but may be more or less obovate and even suborbicular, thus approximating those of the R multiflora and R. Wichuraiana; the leaves are almost always glabrous, but may be, in a few rare cases, petiole pubescent and vein median hairy; very rarely, there are 9 leaflets; the outer sepals, often whole, can sometimes be appendiculated as in R. Wichuraiana.
On pourrait conclure de ces faits que le R. Luciae n'est au fond qu'une forme intermédiaire entre les R. multiflora et R. Wichuraiana et que ces trois espèces n'en constituent réellement qu'une seule; mais, à mou sens, celte conclusion serait fausse. Malgré certaines variations d'organes, ces trois espèces possèdent suffisamment de caractères distinctifs pour les considérer comme distinctes. Je suis convaincu que les observations futures qui seront faites sur de nouveaux matériaux viendront confirmer celte opinion. Que l'on ne s'imagine pas que ces distinctions ne soient obtenues que par des recherches méticuleuses faites sur des matériaux d'herbier et ne puissent résister à l'étude faite sur plantes vivantes. Ce qui prouve que ces trois espèces ont bien, sur le vif, des caractères très distincts et un facies particulier, c'est ce que nous en apprend M. T. Takasima, dans les nos de mai, juin et juillet dernier du Journal des Roses de M. Cochet. Je ne sais si M. Takasima a fait des études spéciales de botanique dans son pays, mais dans ses courtes descriptions dépourvues de caractères scientifiques et par trois belles planches(1), il nous a assez bien fait reconnaître les trois Roses en question. Pour édifier les lecteurs du présent travail, je vais reproduire textuellement les passages de la notice de M. Takasima relatifs aux R. multiflora, R. Luciae et R. Wichuraiana. One might conclude from these facts that R. Luciae is basically only an intermediate form between R. multiflora and R. Wichuraiana, and that these three species are really only one; but, in my opinion, this conclusion would be false. In spite of certain variations of organs, these three species possess sufficiently distinctive characters to consider them as distinct. I am convinced that future observations on new materials will confirm this view. That one does not imagine that these distinctions are obtained only by meticulous researches made on herbarium materials and can not resist the study done on living plants. What proves that these three species have, on the spot, very distinct characters and a particular facies, is what we learn Mr. T. Takasima, in May, June and July of the Journal des Roses of Mr. Cochet. I do not know whether Mr. Takasima has made special studies of botany in his country, but in his short descriptions, devoid of scientific characters, and by three beautiful plates (1), he has made us pretty well recognize the three Roses in question. To edify the readers of the present work, I will reproduce verbatim the passages in Mr. Takasima's record concerning R. multiflora, R. Luciae and R. Wichuraiana.

(1) M. Takasima m'a écrit que ses descriptions et ses dessins avaient été faits entièrement de mémoire.

(1) Mr. Takasima wrote to me that his descriptions and drawings were made entirely from memory.

« Le Rosa polyantha, importé en Europe par R. Fortune, est probablement ce que nous appelons au Japon Rosa multiflora (Thunb.) dont le nom Japonais est No-Ibara, littéralement rosier sauvage. "Rosa polyantha, imported into Europe by R. Fortune, is probably what we call in Japan Rosa multiflora (Thunb.) Whose Japanese name is No-Ibara, literally wild rose.
J'en connais cinq variétés. I know five varieties.
N° 1. Cette variété forme un arbuste sarmenteux, épineux, répandu dans tout le Japon et affectionnant les berges des rivières ou des ruisseaux, mais se rencontrant rarement dans les grands bois. Ce Rosier qui s'élève à environ deux mètres de hauteur, est couvert de nombreuses feuilles peu rigides, d'un vert sombre. Inflorescence en panicules verticales, portant chacune un grand nombre de fleurs simples, blanches ou rosées, odorantes et mesurant environ deux centimètres et demi de diamètre. No. 1. This variety forms a thorny, sarmentose shrub, widespread throughout Japan, and affecting the banks of rivers or streams, but rarely found in large woods. This rose tree, which rises about two meters high, is covered with numerous soft, dark green leaves. Inflorescence in vertical panicles, each carrying a large number of single flowers, white or pinkish, fragrant and about two and a half centimeters in diameter.
Fleurit au milieu de mai au milieu de juin. Blooms in the middle of May to the middle of June.
N° 2. C'est un arbuste rampant sur le sol et couvrant de ses rameaux les endroits sablonneux et caillouteux, que les eaux des rivières ont laissés à sec. On le rencontre aussi fréquemment sur les sables des bords de la mer; mais jamais dans les bois ni dans les terrains fertiles. No. 2. It is a shrub creeping on the ground and covering with its branches the sandy and stony places, which the waters of the rivers have left to dry. It is also found frequently on the sands of the seashore; but never in the woods or in the fertile fields.
Il croît dans presque tout le Japon. It grows in most of Japan.
Les tiges qui peuvent atteindre jusqu'à 10 mètres de longueur, sont moins feuillées que celles du N° 1. Ses feuilles sont très rigides, d'un vert presque jaune. Inflorescence en panicules rampantes sur le sol, moins nombreuses que chez le précédent et portant aussi moins de fleurs. Les fleurs sont simples, à pétales épais, d'un blanc éclatant répandant une forte odeur; elles mesurent environ 4 centimètres. Stems up to 10 meters long are less leafy than those of No. 1. Its leaves are very rigid, almost yellow green. Inflorescence in creeping panicles on the ground, less numerous than in the previous one and also carrying fewer flowers. The flowers are simple, with thick petals, of a brilliant white spreading a strong odor; they measure about 4 centimeters.
Fleurit en juin-juillet. Flowers in June-July.
N° 3. Arbuste sarmenteux, épineux, que l'on rencontre presque partout dans le Japon. No. 3. Sarmentose, thorny shrub, which is found almost everywhere in Japan.
Les tiges souvent violacées s'élèvent à 3 ou 4 mètres. The often violaceous stems rise to 3 or 4 meters.
Cet arbuste naît dans les broussailles et les grands bois. This shrub is born in scrub and large woods.
Ses feuilles peu nombreuses, à limbe très étroit, sont d'un vert rougeâtre et même plutôt violacées. Its few leaves, very narrow limb, are reddish green and even rather purplish.
Fleurs rares, blanches ou rosées, peu odorantes. Rare, white or pinkish flowers, scentless.
Fleurit en juin et juillet. Flowers in June and July.
N° 4. Cette variété forme un arbuste se rapprochant beaucoup, par l'aspect général, des églantiers de France. Elle croît sur les hautes montagnes (Fuji-no-yama par exemple) avec les Mélèzes et les Sapins. On ne la rencontre jamais sur les collines ni dans les plaines. No. 4. This variety forms a shrub approaching much, by the general appearance, eglantines of France. It grows on the high mountains (Fuji-no-yama for example) with larches and fir trees. We never meet her on the hills or in the plains.
Ses fleurs sont d'un rose analogue à celui des Lauriers roses. Its flowers are of a pink similar to that of the pink laurels.
Fleurit au mois d'août. Flowers in August.
Les 4 variétés que nous venons de décrire, vivent dans cette contrée, à l'état sauvage, et n'ont jamais été cultivées. The four varieties that we have just described, live in the country, in the wild state, and have never been cultivated.
N° 5. Rosa platyphylla (Red ). — Le Rosa platyphylla désigné au Japon sous le nom de Sakoura-Ibara, littéralement Cerisier-rosier, est un arbuste sarmenteux, s'élevant à environ trois mètres No. 5. Rosa platyphylla (Red). — The Rosa platyphylla designated in Japan under the name of Sakoura-Ibara, literally Cherry-rose, is a sarmentose shrub, rising to about three meters
On ne le rencontre pas à l'état sauvage. It is not found in the wild.
Ses fleurs et ses feuilles ressemblent beaucoup à celles de la var. N° 1, mais les premières sont beaucoup plus grandes que celles de cette dernière, et souvent très doubles. Its flowers and leaves are very similar to those of the var. No. 1, but those of the first are much larger than those of the latter, and often very double.
Il y en a qui ont des fleurs rosées, d'autres à fleurs franchement roses, enfin certains dont les fleurs rosées à l'épanouissement deviennent d'un au bout de 2 ou 3 jours. Les fleurs sont sans odeur. Some of them have pinkish flowers, others with flowers that are really pink, and some whose rosy blooming flowers turn into a frank pink after 2 or 3 days. The flowers are odorless.
Fleurit en juin. » Flowers in June. "
La planche qui se rapporte au n° 1 parait bien correspondre au type du R. multiflora Thunb.; seulement le dessinateur, travaillant d'après ses souvenirs, a négligé certains caractères distinctifs. La planche qui concerne le n° 5 représente assez exactement la forme du R. multiflora cultivée au Japon et en Chine. The plate which relates to No. 1 seems to correspond to the type of R. multiflora Thunb.; only the draftsman, working according to his recollections, has neglected certain distinctive characters. The plate relating to No. 5 quite accurately represents the form of R. multiflora grown in Japan and China.
La planche ayant trait au n° 2, à part quelques incorrections de détails, s'applique tout à fait le R. Wichuraiana. The plate relating to No. 2, except for a few inaccuracies of details, applies quite to R. Wichuraiana.
La planche correspondant au n° 3 doit représenter une variété du R. Luciae. The plate corresponding to No. 3 must represent a variety of R. Luciae.
Quant à la planche n° 4, elle représente probablement un type encore inédit. As for the plate No. 4, it probably represents a type still unpublished.
Le R. Luciae tel que je l'entends actuellement comprend les var. α. genuina, δ. adenophora (pro parte) et η. hakonensis du R. Luciae de M. Franchet. R. Luciae as I currently understand it includes var. α. genuina, δ. adenophora (pro parte) and η. hakonensis of R. Luciae of Mr. Franchet.
Il est incontestablement assez voisin du R. multiflora et cette affinité explique facilement les confusions qui ont eu lieu dans les herbiers entre ces deux espèces. It is undeniably close to R. multiflora and this affinity easily explains the confusion that has occurred in the meadows between these two species.
Celles-ci possèdent en commun un caractère qui permet de les distinguer des autres types de la section, celui d'avoir les bractéoles basilaires. These have in common a character that distinguishes them from other types of section, that of having basal bracteoles.
Jusqu'à présent, le R. Luciae ne parait pas encore avoir été introduit dans les cultures européennes. Il est vivement à souhaiter de le voir cultiver. Alors, on pourra mieux en établir les caractères et le différencier du R. multiflora. Until now, R. Luciae does not appear to have been introduced into European cultures yet. He is keen to see him cultivate. Then we can better establish the characters and differentiate it from R. multiflora.
Sur les spécimens d'herbier, il est difficile d'étudier les bractéoles qui disparaissent même avant le début de la floraison. On herbarium specimens, it is difficult to study bracteoles that disappear even before the start of flowering.
Les folioles, qui sont presque toujours glabres, sont plus fermes que celles du R. multiflora et sont probablement luisantes à l'état vivant et non ternes, comme dans ce dernier; les fleurs sont plus grandes que dans celui-ci. The leaflets, which are almost always glabrous, are firmer than those of R. multiflora and are probably shiny in the living state and not dull, as in the latter; the flowers are bigger than in this one.
4 — Rosa Wichuraiana Crép.
(Syn.: R. Luciae Franch. el Rochebr. pro parte,
R. sempervirens
S. et Z.! loc. cit.)
4 — Rosa Wichuraiana Crép.
(Syn.: R. Luciae Franch. el Rochebr. pro parte,
R. sempervirens
S. et Z.! loc. cit.)
Inflorescence pyramidale, ord. assez pauciflore, rarement très multiflore, à 1-5 feuilles 7-5-3-1 -foliolées, à bractées primaires lancéolées, foliacées nu sommet, assez profondément denticulées, persistant assez longtemps; pédicelles à articulation non basilaire, à bractéoles lancéolées, denticulées, non promptement caduques; boulons assez courts, ovoïdes-arrondis, brusquement atténués en pointe courte; sépales ovales, brusquement atténués en pointe courte, les extérieurs à 1 -2 appendices latéraux apparents; corolle assez grande; colonne stylique allongée, assez épaisse, pubescente; feuilles moyennes des ramuscules florifères et feuilles de la partie moyenne des tiges ord. 9-foliolées; folioles ord. brièvement et largement obovales on suborbiculaires, ord. obtuses au sommet, glabres, à dents larges; stipules adnées, ord. assez profondément dentées, à dents moins longues que le diamètre du limbe; aiguillons souvent épars, plus rarement géminés; tiges couchées sur la terre
Hab.
— Japon et Chine.
Pyramidal inflorescence, ord. rather pauciflorous, rarely very multiflorous, with 1-5 leaves 7-5-3-1-leaved, with lanceolate primary bracts, foliaceous nude, quite deeply denticulate, long-lasting; pedicels with non-basilar articulation, with lanceolate bracteoles, denticulate, not promptly deciduous; bolts rather short, ovoid-rounded, suddenly attenuated in short point; oval sepals, abruptly attenuated in short-pointed, externals with 1-2 lateral appendages apparent; corolla large enough; stylized column elongated, rather thick, pubescent; medium leaves of blooming capitula and leaves of the middle part of the stems ord. 9-foliolate; leaflets ord. briefly and largely obovate or suborbicular, ord. obtuse at the top, glabrous, broad-toothed; stipules adnée, ord. rather deeply toothed, with teeth shorter than the diameter of the limb; spines often sparse, more rarely geminated; stems lying on the ground.
Hab. — Japan and China.
Obs. — Le caractère tiré de la direction des tiges semble, à lui seul, dénoter que le R. Wichuraiana est spécifiquement distinct des R. Luciae et R. multiflora. M. Zabel, auquel je dois de si précieux renseignements sur la riche collection de Roses qu'il cultive dans les jardins de l'Académie forestière de Münden, m'a appris que des pieds de R. Wichuraiana avaient déjà produit des tiges couchées sur le sol sur une longueur de 5 mètres. Je pourrai m'assurer par moi même, l'an prochain, si ce singulier caractère se représentera au Jardin botanique de Bruxelles, où j'ai récemment planté le R. Wichuraiana. Sur un échantillon de l'herbier de M. Franchet, j'ai constaté la présence de racines sur un rameau florifère. Obs. — The character drawn from the stem direction alone seems to indicate that R. Wichuraiana is specifically distinct from R. Luciae and R. multiflora. Mr. Zabel, to whom I owe so much information on the rich collection of Roses he cultivates in the gardens of the Forest Academy of Münden, has informed me that R. Wichuraiana's feet have already produced stems lying on the ground on a length of 5 meters. I will be able to ascertain by myself, next year, whether this singular character will be represented at the Botanical Garden of Brussels, where I recently planted R. Wichuraiana. On a sample of M. Franchet's herbarium, I noticed the presence of roots on a floriferous branch.
Le R. arvensis peut présenter des tiges décombantes et même plus ou moins rampantes; la même chose se produit également dans le R. sempervirens var. prostrata et aussi dans le R. Luciae, si je m'en rapporte à une indication de M. le docteur Savatier, mais cette direction est exceptionnelle dans ces espèces, tandis que dans le R. Wichuraiana, la direction couchée de la tige parait constante. R. arvensis may have decumbent stems and even more or less creeping; the same thing also occurs in R. sempervirens var. prostrata and also in R. Luciae, if I refer to an indication of Dr. Savatier, but this direction is exceptional in these species, while in R. Wichuraiana, the direction of the stem seems constant .
Au caractère de la direction des tiges, viennent se joindre d'assez nombreuses différences qui, à mon avis, suffisent amplement pour maintenir le R. Wichuraiana au rang d'espèce. To the character of the direction of the stems, come to join quite numerous differences which, in my opinion, are amply enough to maintain the R. Wichuraiana to the rank of species.
Ses feuilles paraissent être en général un peu plus épaisses que celles du R. Luciae; elles sont remarquablement luisantes sur le vif; elles sont toujours glabres, souvent 9-foliolées à la partie moyenne des ramuscules florifères et toujours 9-foliolées sur les tiges. La forme des folioles est sujette à varier, mais celles-ci sont d'ordinaire relativement plus larges, plus courtes et plus obtuses que celles du R. Luciae. Les stipules et les bractées sont plus larges et plus profondément incisées; les bractées, qui sont ordinairement foliacées au sommet, ne sont point promptement caduques, persistent pendant la floraison, ainsi que les bractéoles qui sont moins petites et nullement basilaires. Assez souvent, les bractées sont incurvées au sommet, ce qui n'existe pas dans le R. Luciae. Les boutons sont plus gros et la corolle notablement plus grande que dans les R. multiflora et R. Luciae, à pétales plus épais: ceux-ci sont d'un blanc de lait très pur. Les réceptacles fructifères sont ordinairement une fois plus gros que ceux du R. multiflora, et sensiblement plus gros que ceux du R. Luciae. Ajoutons que, dans les inflorescences assez multiflores, les feuilles sont plus nombreuses que dans les R. Luciae et R. multiflora et vont en se dégradant insensiblement en bractées foliacées. Its leaves seem to be generally a little thicker than those of R. Luciae; they are remarkably shiny on the spot; they are always glabrous, often 9-folate in the middle part of the floriferous and always 9-folate on the stems. The shape of the leaflets is subject to variation, but these are usually relatively larger, shorter and more obtuse than those of R. Luciae. The stipules and bracts are wider and more deeply incised; the bracts, which are usually foliaceous at the top, are not promptly deciduous, persist during flowering, as well as bracteoles which are less small and in no way basilar. Quite often, the bracts are curved at the top, which does not exist in R. Luciae. The buds are larger and the corolla noticeably larger than in R. multiflora and R. Luciae, with thicker petals: these are very pure white milk. The fruiting receptacles are usually once larger than those of R. multiflora, and appreciably larger than those of R. Luciae. It should be added that, in the rather multiflorous inflorescences, the leaves are more numerous than in R. Luciae and R. multiflora and are imperceptibly degraded into leafy bracts.
Dans les R. Wichuraiana et R. Luciae, les pédicelles et les réceptacles florifères sont toujours, à ma connaissance du moins, glabres et très rarement glanduleux, tandis que dans le R. multiflora, ils sont souvent pubescents et assez souvent glanduleux. In R. Wichuraiana and R. Luciae, pedicels and flowering receptacles are still, to my knowledge at least, glabrous and very rarely glandular, whereas in R. multiflora they are often pubescent and quite often glandular.
Quant aux aiguillons des R. Wichuraiana et R. Luciae, je n'ose me prononcer d'une façon catégorique sur leur mode d'arrangement. Sur les ramuscules florifères, ils sont souvent épars et rarement géminés. Peut-être découvrira-t-on, sur de plus riches matériaux que ceux que j'ai eu à ma disposition, qu'ils tendent à devenir géminés comme dans le R. multiflora, toutefois sans l'être aussi régulièrement. As for the spines of R. Wichuraiana and R. Luciae, I dare not pronounce categorically on their mode of arrangement. On floriferous bloomers, they are often scattered and rarely geminate. Perhaps it will be discovered, on richer materials than those that I had at my disposal, that they tend to become twinned as in the R. multiflora, however without being so regularly.
Le R. Wichuraiana tel que je l'entends, comprend les variétés β. fimbriata, γ. poteriifolia, δ. adenophora (pro parte), ε. crataegicarpa et ζ. yokoscensis du R. Luciae de M. Franchet. R. Wichuraiana as I understand it, includes the varieties β. fimbriata, γ. poteriifolia, δ. adenophora (pro parte), ε. crataegicarpa and ζ. yokoscensis du R. Luciae of M. Franchet.
Il est bon de signaler que M. Zabel avait reçu, sous le nom de R. bracteata, le R. Wichuraiana qu'il cultive à Münden. It is worth mentioning that Mr. Zabel had received, under the name of R. bracteata, the R. Wichuraiana which he cultivated in Münden.
C'est ici la place de faire de nouveau allusion à la Rose décrite par M. Regel sous le nom de R. Maximowicziana. Dans mes Primitiae, pages 528-530, j'ai assez longuement parlé de cette singulière forme que j'étais porté à considérer comme une variété du R. multiflora. Aujourd'hui, avec la connaissance que nous avons des caractères des Synstylae, cette dernière opinion n'est plus admissible: le R. Maximowicziana ne peut être une variété du R. multiflora; c'est plutôt avec le R. Wichuraiana qu'il faut lui chercher de l'affinité. Avant tout, il faudrait rechercher si c'est bien une espèce légitime, ou si ce n'est pas plutôt un produit hybride. Je ne suis pas éloigné de penser que l'hybridation n'est pas restée étrangère à sa production, mais je me réserve de discuter cette question dans un travail ultérieur. This is the place to refer again to the Rose described by Mr. Regel as R. Maximowicziana. In my Primitiae, pages 528-530, I have spoken at length about this singular form that I was inclined to regard as a variety of R. multiflora. Today, with the knowledge that we have of the characters of Synstylae, this last opinion is no longer admissible: R. Maximowicziana can not be a variety of R. multiflora; it is rather with R. Wichuraiana that one has to look for affinity. First and foremost, one should look for whether it is a legitimate species or whether it is not a hybrid product. I am not far from thinking that hybridization has not remained foreign to its production, but I reserve the right to discuss this question in a later work.
5 — Rosa tunquinensis Crép. 5 — Rosa tunquinensis Crép.
Inflorescence pyramidale, ord. multiflore, à 2-8 feuilles 5-3-1-foliolées, à bractées primaires lancéolées, foliacées au sommet, finemenf denticulées, persistant assez longtemps; pédicelles à articulation non basilaire, à bractéoles lancéolées, non promptement caduques; boulons allongés, étroitement ovoides, insensiblement atténués en pointe effilée; sépales lancéolés, insensiblement atténués en pointe effilée, les extérieurs à 1-2 appendices latéraux; corolle assez grande ou assez petite j colonne stylique allongée, grêle, pabescenle; feuilles moyennes des ramuscules florifères et feuilles de la partie moyenne des tiges 7-foliolées; folioles ovales, ord. arrondies à la hase, plus ou moins atténuées au sommet, pubescentes ou presque glabres, à dents larges; stipules adnées, finement et brièvement denticulées; aiguillons ord. géminés.
Hab.
— Tonkin et Chine.
Pyramidal inflorescence, ord. multiflorous, 2-8 leaves 5-3-1-foliolate, with lanceolate, leaf-like primary bracts, finely denticulate, long-lasting; pedicels with non-basilar articulation, with lanceolate bracteoles, not promptly deciduous; elongated, closely ovoid bolts, imperceptibly diminished in tapered point; sepals lanceolate, insensibly attenuated in tapered tip, the exterior to 1-2 lateral appendages; corolla large enough or rather small; stylized column elongated, hail, pabescen; medium leaves of floriferous bloomers and leaves of the middle part of 7-folate stems; oval leaflets, ord. rounded at the base, more or less attenuated at the apex, pubescent or nearly hairless, with broad teeth; stipules adnate, finely and briefly denticulate; prickles ord. paired.
Hab. — Tonkin and China.
Obs. — Pour le Tonkin, voici l'énumération des localités où M. l'abbé Bon a recueilli les spécimens que le Jardin des plantes de Paris a bien voulu me communiquer: Khièn-Khê, in monte Dèn (18 septembre 1882. — 2 spécimens en fruits), in introitu montium Vô Xa (16 sept. 1882. — 1 sp. en fr.), Bàt Són, in rupibus (7 decbris 1883. — 2 sp. en fr.), in monte Lan Mât (21 et 27 april 1883. — 8 sp. en fleurs), Kièn Khè, in valle Dông Hàm (4 febr. 1884. — 2 sp. en fl.), in sepibus juxta civil. Hà Nôi (21 mart. 1885. — 2 sp. en fl.). Obs. — For Tonkin, here is the list of the places where Mr. l'Abbe Bon collected the specimens that the Jardin des Plantes of Paris was good enough to communicate to me: Khien-Khen, in Monte Dene (September 18, 1882) — 2 specimens in fruit), in introitu montium Vô Xa (Sept. 16, 1882. — 1 sp en fr.), Bàt Són, in rupibus (Dec. 7, 1883 - 2 sp en fr.), in monte Lan Mât (21 et. 27 april 1883. — 8 sp., In flowers), Kièn Khè, in valley Dông Hàm (4 febr., 1884 — 2 sp, en fl.), In sepibus juxta civil. Hà Nôi (March 21, 1885. — 2 sps in fl.).
Les exemplaires récoltés en 1884 et 1885 sont à fleurs roses ou rouges plus ou moins doubles, les autres sont à fleurs blanches et simples. Le nom vernaculaire de cette Rose est Tàm Xuàn, c'est-à-dire Fleur du printemps, vel Quâng quâng ou Rosa. The copies collected in 1884 and 1885 are pink or red flowers more or less double, the others are white and simple flowers. The vernacular name of this Rose is Tàm Xuàn, that is, Spring Flower, vel Quâng quâng or Rosa.
Le R. tunquinensis est, par excellence, une espèce à inflorescence pyramidale, dont la panicule, quand elle est bien développée, offre le plus grand nombre de feuilles de toute la section. Les feuilles de l'inflorescence se dégradent insensiblement en feuilles 1-foliolées pour se transformer en bractées foliacées au sommet. Les ramifications inférieures de l'inflorescence présentent souvent plusieurs entrenœuds munis de feuilles ou de bractées foliacées alternes. R. tunquinensis is, par excellence, a species with a pyramidal inflorescence, whose panicle, when well developed, offers the greatest number of leaves of the entire section. The leaves of the inflorescence are imperceptibly degraded into 1-folate leaves to turn into leafy bracts at the top. The lower branches of the inflorescence often have several internodes with alternate leaves or leafy bracts.
Les folioles sont pubescentes sur les deux faces ou seulement un peu pubescentes sur la nervure médiane; les pédicelles et les réceptacles sont pubescents ou glabres, lisses ou glanduleux; les axes peuvent être pubescents surtout dans l'inflorescence. The leaflets are pubescent on both sides or only slightly pubescent on the midrib; pedicels and receptacles are pubescent or glabrous, smooth or glandular; the axes may be pubescent especially in the inflorescence.
Les stipules sont denticulées, ainsi que les bractées. The stipules are denticulate, as well as the bracts.
Les fleurs sont tantôt assez petites, tantôt de grandeur moyenne. The flowers are sometimes quite small, sometimes of medium size.
Les spécimens à fleurs doubles proviennent sans aucun doute de pieds cultivés ou subspontanés. Les fleurs en sont plus grosses que dans la plante sauvage, à réceptacles plus gros, à appendices des sépales plus développés, à pédicelles moins grêles; la pubescence est plus abondante sur les axes, sur les pédicelles et sur les réceptacles. The double-flowered specimens undoubtedly come from cultivated or subspontaneous feet. The flowers are larger than in the wild plant, with larger receptacles, with appendages of more developed sepals, with less slender pedicels; pubescence is more abundant on the axes, on the pedicels and on the receptacles.
Cette espèce qui parait bien distincte, présente quelques traits de ressemblance avec le R. moschata par la forme de ses boutons et de ses sépales, par le nombre et la forme de ses folioles, mais elle s'en distingue par son mode d'inflorescence, par ses bractées et ses bractéoles qui persistent plus longtemps, par ses stipules denticulées, par ses aiguillons géminés. Elle se distingue du R. Luciae par son inflorescence plus multiflore, plus feuillée, par ses bractées foliacées au sommet, non promptement caduques, par ses bractéoles non basilaires et persistant pendant la floraison, par ses feuilles plus minces et peut être par ses aiguillons régulièrement géminés. This apparently distinct species has some resemblance to R. moschata in the form of its buds and sepals, and in the number and shape of its leaflets, but it is distinguished by its mode of inflorescence. by its bracts and bracteoles which persist longer, by its denticulate stipules, by its geminate spines. It is distinguished from R. Luciae by its more multiflorous inflorescence, more foliate, by its leafy bracts at the top, not promptly deciduous, by its non-basilar bracteoles and persistent during flowering, by its thinner leaves and perhaps by its spines regularly paired.
Le R. tunquinensis, la seule espèce que M. l'Abbé Bon ail recueillie jusqu'ici dans le Tonkin, existerait-il en Chine? Je crois qu'on peut répondre affirmativement à cette question. En 1880 (Primitiae, p. 532), je disais que M. Callery avait récolté en Chine, en 1884, le R. Luciae. J'ai revu les échantillons de M. Callery, conservés dans l'herbier du Jardin des plantes de Paris et j'estime qu'ils doivent être rapportés non pas au R. Luciae, ou au R. multiflora, comme l'avait fait Spach (in herb.), mais bien au R. tunquinensis. The R. tunquinensis, the only species that the Abbe Bon garlic collected so far in Tonkin, would exist in China? I think that can be answered in the affirmative. In 1880 (Primitiae, 532), I said that M. Callery had collected R. Luciae from China in 1884. I have seen Mr. Callery's samples kept in the Jardin des Plantes herbarium in Paris, and I consider that they must be referred not to R. Luciae, or to R. multiflora, as had been done by Spach (in herb.), but to R. tunquinensis.
Également en 1880 (Primitiae, pages 348-350), j'ai rapporté au R. moschata des Roses récoltées aux environs de Whampoa et de Hon-Kong par Hance et que celui-ci a distribuées sous le nom de R. moschata var. Brunonii. Ces Roses, comme je le disais, m'avaient causé beaucoup d'embarras pour en déterminer l'espèce; avant de les rapporter au R. moschata, j'avais cru pouvoir les identifier au R. Luciae. Aujourd'hui, tout en conservant quelques doutes, j'estime qu'elles sont des représentants du R. tunquinensis. J'espère que de nouveaux matériaux que j'ai demandés au Jardin botanique de Whampoa, me permettront, plus tard, d'élucider complètement cette question d'identité spécifique. Also in 1880 (Primitiae, pages 348-350), I reported to R. moschata Roses collected around Whampoa and Hon-Kong by Hance and distributed by him under the name R. moschata var. Brunonii. These roses, as I said, had caused me great difficulty in determining the species; before reporting them to R. moschata, I thought I could identify them with R. Luciae. Today, while maintaining some doubts, I believe that they are representatives of R. tunquinensis. I hope that new materials that I requested from the Whampoa Botanical Garden, will allow me, later, to completely elucidate this question of specific identity.
On ne doit pas, à ce propos, trop s'étonner des erreurs ou des hésitations que peut commettre ou éprouver le phytographe dans un genre comme celui des Rosa, où ce n'est qu'avec beaucoup de peines et de patience qu'il parvient à réunir les matériaux suffisants pour bien apprécier certains types exotiques. Les difficultés sont beaucoup moins grandes pour les genres dont les spécimens constituent des plantes entières, et non pas de simples fragments comme cela a lieu pour les Rosa. On this subject, we must not be too surprised at the errors or hesitations that the phytographer may commit or feel in a genus like that of the Rosa, where it is only with great difficulty and patience that he manages to gather enough materials to appreciate some exotic types. The difficulties are much less for the genera of which the specimens constitute whole plants, and not simple fragments as it takes place for the Rosa.
6. — Rosa anemonaeflora Fortune. 6. — Rosa anemonaeflora Fortune.
Inflorescence pyramidale, ord. assez pauciflore, à 1 feuille 3-1-foliolée, à bractées primaires lancéolées, non foliacées ou peu foliacées au sommet, ciliées-glanduleuses, persistant assez longtemps; pédicelles à articulation non basilaire, à bractéoles linéaires, très promptement caduques; boutons allongés, étroitement ovoïdes, insensiblement atténués en pointe effilée; sépales étroitement lancéolés, insensiblement atténués en pointe effilée, les extérieurs ord. entiers, ou à 1-2 petits appendices latéraux; corolle assez petite; colonne stylique allongée, grèle, pubescente; feuilles des ramuscules florifères 3-foliolées, celles de la partie moyenne des tiges 5-foliolées; folioles ovales, arrondies à la base, longuement atténuées au sommet, glabres, à dents fines et superficielles; stipules adnées, ciliées-glanduleuses; aiguillons épars.
Hab. — Chine.
Pyramidal inflorescence, ord. rather pauciflorous, with 1 leaf 3-1-leaved, with lanceolate primary bracts, not foliaceous or not very foliaceous at the apex, ciliate-glandular, persistent for quite a long time; pedicels with non-basilar articulation, with linear bracteoles, very promptly deciduous; elongate, closely ovoid buttons, imperceptibly attenuated; sepals tightly lanceolate, imperceptibly attenuated in tapered point, the exteriors ord. whole, or 1-2 small lateral appendages; corolla rather small; stylized column elongated, hail, pubescent; leaves of 3-foliolate floriferous blossoms, those of the middle part of the 5-folate stems; leaflets ovate, rounded at the base, long attenuated at the apex, glabrous, with fine and superficial teeth; stipules adenate, ciliate-glandular; scattered spines.
Hab. — China.
Obs. — Cette espèce ne peut être confondue avec aucun autre type de la section. Par ses folioles à dents fines et superficielles, elle rappelle le R. microcarpa dont elle est d'ailleurs très différente. Par ses feuilles ramusculaires 3-foliolées, elle se rapproche, d’autre part, du R. setigera, avec lequel elle n'a toutefois que des rapports assez éloignés. Obs. — This species can not be confused with any other type of section. By its leaflets with fine and superficial teeth, it recalls the R. microcarpa of which it is besides very different. By its 3-foliolated ramuscle leaves, it approaches, on the other hand, R. setigera, with which it has however only reports quite distant.
Dans ce type, les pédicelles latéraux des trifurcations reposent sur des pédoncules assez longs, mais comme l'articulation des pédicelles avec le pédoncule est très peu marquée et que, d'autre part, les bractéoles disparaissent de bonne heure, il est assez facile de confondre le pédoncule avec les pédicelles et de croire que ceux-ci sont à articulation basilaire. In this type, the lateral pedicels of the trifurcations rest on rather long peduncles, but as the articulation of the pedicels with the peduncle is very little marked and that, on the other hand, the bracteoles disappear early, it is quite easy to confuse the peduncle with the pedicels and believe that these are basilar articulation.
Jusqu’ici, je n‘ai pu étudier que très peu d'échantillons spontanés du R. anemonaeflora; malgré cela, j‘ai lieu de supposer que la diagnose donnée ci-dessus ne subira pas de notables modifications à la suite de l‘examen de matériaux plus nombreux. En 1885, dans le tome XXI du Bulletin, deuxième partie, j‘ai publié une notice spéciale sur cette espèce. So far, I have been able to study very few spontaneous samples of R. anemonaeflora; in spite of this, I have reason to suppose that the diagnosis given above will not undergo any notable modifications following the examination of more numerous materials. In 1885, in Volume XXI of the Bulletin, Part II, I published a special notice on this species.
   
Peut-ètre, dans un avenir peu éloigné, verrons-nous une douzième espèce venir s'ajouter à la section. Ce nouveau type pourra fort bien être la Rose que M. T. Takasima a figurée dans le cahier de juillet dernier de la Revue des Roses de M. Cochet sous le n° 4, et qu'il considère comme une variété du R. multiflora. Celle Rose croît à une altitude très élevée (environ 3000 mètres) dans les hautes montagnes (Fuji-no-yama) au voisinage d'Yédo. Si celle espèce est inédite, on pourra, à juste titre, lui donner le nom de R. Takasimae, en l'honneur de son inventeur. Perhaps, in the not too distant future, we will see a twelfth species added to the section. This new type may very well be the Rose that Mr. T. Takasima has featured in the July issue of the Revue des Roses by Mr. Cochet under No. 4, and which he regards as a variety of R. multiflora. Rose grows at a very high altitude (about 3000 meters) in the high mountains (Fuji-no-yama) in the vicinity of Yedo. If this species is unpublished, we can, rightly, give it the name of R. Takasimae, in honor of its inventor.