Enumeratio Plantarum in Japonia Sponte Crescentium (1875, 1879)
Adrien Franchet, Ludovic Savatier

Rosa species and varieties in Japan

vol 1, pp. 134-135 (1875)

548. Multiflora Thunb. Fl. Jap., 214. — Miq. prol., p. 227.

HAB. in dumetis, ad margines silvarum per totam Japoniam, ut videtur, ex Hakodaté (Maximowicz) usque ad Nangasaki (Oldham). In Nippon media frequens, circa Yokohama (Maxim. ), Simoda (Will, et Morr. ), Yokoska (Savatier, n. 386-591). Fl. Maj. Jun.

Varietates sequentes legit Dr Savatier, omnes circa Yokoska vigentes:

α genuina Nob. (Savatier, n. 386).
β platyphylla Red. (Savatier, n. 387).
γ microphylla Nob. (Savatier, n. 288).
δ microphylla Nob. stipulis minus incisis (Savatier, n. 389).
ε adenophora Nob. (Savatier, n. 390).
η calva Nob. (Savatier, n. 391).

JAPONICE. — No ibara (Tanaka).
ICON. JAP. — Phonzo Zoufou, vol. 27, fol. 2 verso, sub:

No ibara, formam genuine sat referens.

549. Luciae Franchet et Rochebrune in Crépin Bull. Soc. roy. Belg., t. X, p. 323. R. Wichuraiana Crép. in Herb. reg. Berol. — Spècies sequentes Miquelianae ad R. Luciae referenda? videntur: R. sempervirens Zucc. in Miq. Prol., p. 227 (non L. ); R. pimpinellifolia Miq. loc. cit. (non L. ), fortasse cum varietate nostra poteriifolia conjungenda; R. moschata Miq. loc. cit. (non Mill. ).

HAB. in fruticetis et dumetis: Nippon media, circa Yokoska frequentissima (Savatier, n. 373-380) et probabiliter alibi. Fl. Maj. Jun.

Varietates sequentes legit Dr Savatier, ultima excepta, prope Yokoska crescentes:

α genuina Nob. (Savatier, n. 373).
β fimbriata Nob. (Savatier, n. 374).
γ poteriifolia Nob. pedunculis glabris (Savatier, n. 375).
δ poteriifolia Nob. pedunculis glandulosis (Savatier, n. 376).
ε crataegicarpa Nob. (Savatier, n. 377).
η oligantha Nob. (Savatier, n. 378).
θ yokoscensis Nob. (Savatier, n. 379).
ι hakonensis Nob. — Hab. in montibus Hakone (Savatier, n. 380).

JAPONICE. — No Ibara.

Observ. — Nous n'avons point vu les types de l'herbier de Leyde; c'est done sous toutes reserves que nous donnons comme synonymes de notre R. Luciae les espèces énumérées par M. Miquel, nous appuyant principalement sur ce fait, que les R. sempervirens, pimpinellifolia et moschata ne semblent point avoir été retrouvées an Japon.

550. Iwara Sieb. Catal. raisonné des pl. du Japon, 1850, p. 6, ex C. Koch, Dendr., I, p. 237.

HAB. in Japonia, loco non indicato, ex Siebold. — Species vix satis cognita, in hort. reg. Berolinensi culta, unde specimen habuimus ex cl. Crépin, Bruxellensi.
JAPONICE.

551. Sinica Ait. hort. Kew. ed. 2, vol. 3, p. 261 (non L. ). — Miq. Prol., 227.

HAB. . in declivibus collium, inter frutices: Kiousiou, prope Nangasaki (Oldham). Yéso, ad Hakodaté, ex de Brandt (Savatier, n. 382) et alibi, locis non indicatis ex Siebold, Keiske, Mohnike.
JAPONICE. — Natstsu baki (Siebold); Na nisi ibara (id. ).
ICON. JAP. — Phonzo Zoufou, vol. 27, fol. 5 verso, sub: Naniva (forma floribus albis, pedunculis calicibusque hispidis; fol. 6 recto, sub: Hato bara (forma floribus purpureis, pedunculis calicibusque glabris; fol. 6 verso, sub: Botan bara (forma floribus plenis).

552. Indica L. sp. 705. — Miq. Prol., p. 227.

HAB. in Japonia, sed probabiliter haud indigena.
JAPONICE. — Igebotan (ex Miquel).
ICON. JAP. — Phonzo Zoufou, vol. 27, fol. 9 recto, sub Teou chin bara, et verso, sub: Goueti.

Observ. — Le Rosa indica est originate de la Chine et de l'lnde, et son indigénat an Japon, où l'on en cultive de nombreuses variétés, nous semble encore problématique. M. Miquel, loc. cit., rapporte en synonyme à cette espèce le R. polyantha Sieb. et Zucc. fam. nat. 56. Nous croyons cette réunion complétement erronée, les auteurs attribuant à leur plante des styles réunis en longue colonne glabre.  Il est possible que l'élévation du disque au-dessus des étamines, caractére fort bizarre, ne soit qu'un accident. Dans ce cas le R. polyantha ne serait probablement qu'une des nombreuses formes du R. Luciae.  Le spécimen original, dont l'étude seule aurait pu éclaircir les doutes, parait malheurement perdu. Du moins n'existe-t-il plus dans les collections du musée de Leyde.

553. Sieboldi Crépin ined. in herb. reg. Berolin.

HAB. in Japonia, loco non indicate ex specimine herb. Berolin. Yokohama, in hortis quibusdam culta (Savatier, n. 381bis).
JAPONICE.

554. Banksiae R. Brown in Ait. hort. Kew. ed. 2, vol. 3, p. 256. — Miq. Prol., p. 227.

HAB. in fruticetis: Nippon, ad radicem montis Kafure Jama (Buerger) et alibi, ex Siebold.
JAPONICE. — Hibara mokoko (ex Miquel); Mok kwa.
ICON. JAP. — Phonzo Zoufou, vol. 27, fol. 8 verso.

555. Microphylla Roxb. ex Lindl. Mon. Ros. p. 19, add. — Miq. Prol., p. 227.

HAB. in fruticetis regionis alpinae: Nippon media, circa lacum Hakone frequens (Savatier, n. 382bis) et alibi, locis non indicatis, ex Siebold et Mohnike. — Fructus acidulus edulis.
JAPONICE. — Iwara (ex Miquel); Kansjunkin noosi (id. ).
ICON. JAP. — Phonzo Zoufou, vol. 87, fol. 19 verso, sub: Kin ossi (floribus siraplicibus, rubidis); fol. 21 recto (floribus niveis, simplicibus); fol. 21 verso, sub: Sanrio bara (floribus plenis).

556. Rugosa Thunb. Fl. Jap., p. 213. Sieb. et Zucc. Fl. Jap., I, p. 66, tab. 28. — Miq. Prol., p. 227.

HAB. in arenosis maritimis: Yéso, circa Hakodaté frequens et alibi in regione boreali. Legerunt spontaneam Wright, de Brandt (Savatier, n. 581). Fl. Maj. Jun.
JAPONICE. — Hammo nasi (ex Miquel).
ICON. JAP. — Kwa-wi, arb. 4, fol. 17, sub: Mai kwai; Hama nassou.

557. Acicularis Lindl. Mon. Ros., p. 44, tab. 8, var. glauca Regel Ind. hort. Petrop., 1866, p. 106.

HAB. in Japonia, loco non indicato, prob. in insula Nippon, a bot. Jap. Tschoneski lecta. (Cf. Ind. hort. Petrop. 1865, p. 54. )
JAPONICE.

Observ. — Toutes les Roses récoltées par le Dr Savatier ont été étudiées par notre excellent ami, M. F. Crépin, conservateur au Musée royal de Bruxelles et auteur de travaux monographiques sur le genre Rosa qui sont justement appréciés par tous les botanists.


PHONZO ZOUFOU, par Iwasaki Tsounémassa. — Yédo, 1828. 96 vol. 1795 pl. Figures coloriées.


vol. 2, pp. 343-347 (1879)

ROSA

(548). Multiflora. — Adde synon. : R. Wichurae K. Koch Wochen. 1869, n. 26 (non R. Wichuraiana Crép. ad speciem sequentem pertinens); R. intermedia Carr Rev. hort. 1868, n. 14, p. 269, fig. 29-30. — Cf. Crépin, Prim. Mon. Ros. fasc. 1, p. 123, et fasc. 5, p. 257.

α. Genuina. — Circa Yokoska, in sepibus frequens.

Foliola subtus ex toto vel saltem in nervo medio dense pubescentia, oblonga, nunc ampla 4-7 cent. longa, nunc valde diminula, 2 cent. vix aequantia; stipulae fimbriato lacerae; glandulai in peliolis tantum et paucissimae; styli glabri.

β. Platyphylla, — Cultam tantum vidimus.

Flores purpurei, diam. usque bipollicares, semipleni; pedicelli et calices glandulosi; foliola nunc pollicaria, nunc vix ultra 1 cent. longa. An recte specimina nostra ad varietatem Redouteanum referamus, dubium remanet?

γ, et δ. Microphylla. — Hab. Circa Yokoska, in sepibus.

Foliola parva, 1-2 cent. longa, ovata, nee ut in var. α. e medio ad basin cuneato attenuata; stipulae parce et minus profunda incise; glaudulae in petiolis nullae; pedicelli nunc pubescentes, nunc juniores etiam glabri; styli glabri.

ε. Adenophora. — Yokoska (Savatier); Senano (Rein); Satzouma (id. ); Niigata, provincite Etchigo (Dr Yidal). Yéso, circa Hakodaté.

Stipulae, petioli, calices el saepe pedicelli glandulis nigris plus minus conspersi; styli glabri. Adsunt plures formaje: 1. Pedicelli omnino glabri. foliola subtus glabrescentia, ad basin nervi medii tantum pilosula (Niigata; Yéso). — 2. Pedicelli villosi nec glandulosi, folia subtus in nervis parce puberula (Niigata). — 3. Pedicelli et calices dense glandulosi, nulla pube inlermixta; foliola usque 5 cent. longa, in nervis parce puberula (Niigata). — 4. Omnia ut in forma prsecedente, sed foliola vix 1 cent. longa (Yokoska; Senano; Satzouma).

ζ. Trichogyna. — Circa Yedo semel legit Dr Savatier.

Omnia ut in var. ε. adenophora, forma 1, sed styli villosuli.

η. Calva. — Circa Yokoska rarissima.

Omnia ut in var. α., sed foliola subtus pilis destituta, coriacea; pedicelli omnino glabri.

(549). Luciae. — Adde: Crépin Prim. Men. Ros. fasc. 3, p. 258.

α. Genuina. — Circa Yokoska et Kamakoura frequens.

Foliola ovata, saltem superiora acuta vel etiam acuminata; stipulae ad margines parce et breviter glandulosae; flores cymoso racemosi, sepalis integris; fructus parvuli, diam. vix 5 mill., coccinei. — Flores nunc numerosi, nunc pauci, haud raro ad 1-2 reducti.

β. Fimbriata. — Circa Yokoska rara et in montibus Hakone.

Folia ut in varietate α; stipulae dentato glandulosae, subfimbriatae.

γ. Poteriifolia. — Circa Yokoska sat frequens et in monte Fudsi Yama, ad pedem.
                         [Frequent enough around Yokoska, and on Mount Fujiyama at the base. ]

Folia obtusa, late ovata vel exacte orbiculata, saepe usque 4 jugata; stipulae ut in var. β.; flores solitarii, rarius racemoia; pedicelli glabri; fructus ovati vel subglobosi, 5-7 mill. diam., atropurpurei. — Folia, terminali excepto, raro 15 mill. superant et saepe minora evadunt.

δ. Adenophora. — Circa Yokoska rarissima. In provincia Ise formam valde microphyllam legit Dr. Rein.

Foliola ut in var. pracedente ad formam orbiculatam vergentia, quandoque minima, vix 5 mill. longa; pedicelli plus minus glandulosi.

ε. Crataegicarpa. — Circa Yokoska semel inventa.

Omnia ut in varietate α., sed fructus facile duplo majores; circiter 1 cent. diam., globosi, atropurpurei. Fructus varietatis γ, formam quasi mediam sistunt.

Varietas nostra η. oligantha, Enum. I, p. 135 non etiam est forma, quum in iisdem ramis, ramulos flores nunc 1-3, nunc l-12 gerentes videamus.

ζ. Yokoscensis. — Hab. circa Yokoska valde frequens.

Omnia ut in var. α, sed sepala non integra, utrinque uno alterove lobulo lineari aucta.

η. Hakonensis. — In montibus Hakone et in Fudsi Yama.

Foliola parva, 1 cent. circiter longa vel etiam minora, fere semper tantum bijugata; flores in nostris speciminibus solitarii; pedicelli glandulosi. Varietas e primo aspectu speciem distinctam simulans, sed formas foliolis etiam parvulis subbijugatis simul ac floribus cymoso spicatis legerunt circa Yokoska Dr. Savatier, in insula Kiousiou D. de Brandt, varietatem ad typum jungentes.

Observ. — En énumérant ici un certain nombre de variétés ou de formes des R. multiflora et Luciae, nous avons voulu seulement donner une idée au polymorphisme de ces deux espèces qui ne le cèdent en rien, sous ce rapport, au R. canina d'Europe. Loin de nous la pensée de considerer ces variétés, peut être faudrait il mieux dire ces lusus, comme offrant un degré de fixité, si faible qu'il soit; elles ne sont à nos yeux que l'expression extreme de certains de leurs états, sans qu'on puisse d'ailleurs invoquer une corrélation stable entre les caractères que nous leur attribuons. Ils sont au contraire complètement indépendants et d'autre part, pour peu qu'on ait sous les yeux un certain nombre d'individus, on les voit s'affaiblir de façon a laisser les formes intermédiaires tout à foit indecises. Ainsi, par exemple, la variété extreme η. calva du R. multiflora, a folioles complètement glabres en-dessous, se rattache à la variété α. genuina, dont les folioles sont toutes velues, par l'intermédiaire de celles (var. ε. et ζ) qui n'offrent de poils que sur la nervure médiane. La var. ε. adenophora du R. multiflora, qui parait si tranchée dans son expression extreme à pédicelles converts de glandes abondantes, s'affaiblit dans les formes à pédicelles seulement velus, puis tout à fait glabres dans la forme no 1.

Les variétés du Rosa Luciae ne sont pas plus nettes. Si nous prenons par exemple la variété δ. poteriifolia dans son état le mieux défini, c'est-à-dire lorsqu'elle présente 4 paires de folioles orbiculaires, c'est a peine si l'idée viendra de la rapprocher de la variété α. genuina, et pourtant die se résout en cette variété, si nous pouvons nous exprimer ainsi, par une suite de transitions; les folioles sont en partie ovales, en partie presque arrondies sur un meme rameau, an nombre de 3 paires seulement sur un autre, etc., etc. La variété η. hakonensis si remarquable par ses feuilles seulement a deux paires de folioles, par ses feuilles solitaires et ses pédicelles glanduleux, est dans le mème cas.

La couleur et le diamètre du fruit mùr dans lesquels nous avions cru trouver d'abord des caractères spécifiques d'une certaine importance, n'offrent pas plus de fixité. Entre les deux extrêmes (fruit cocciné d'un diam. de 5 mill. et fruit pourpre foncé de 1 cent. diam. ), on trouve des intermédiaires qu'on ne sait a quelle forme extrême rapporter.

Quant aux caractères qui séparent le R. Luciae du R. multiflora, nous avouons que dans certains cas ils peuvent paraitre peu tranches. Mais nous pensons toutefois que ces Rosa doivent être maintenus comme types spécifiques distincts. M. Crépin l. c. p. 254, a donné deux bonnes diagnoses comparatives de ces espèces; il est pourtant assez difficile d'y faire rentrer certaines formes telles que la var. η. calva du R. multiflora qui présente tout à fait les feuilles du R. Luciae et la var. ζ trichogyna, dont les styles sont velus comme dans cette dernière espèce, quoiqu'à un degré moindre; M. Crépin considère, sous toutes réserves, ces deux variétés comme résultant d'un croisement entre les R. multiflora et Luciae. D'autre part, nous ne connaissons jusqu'ici aucun exemple d'un R. Luciae à folioles velues en-dessous, ou dont les styles soient glabres.

(550). Iwara. — Adde: Crépin Prim. mon. Ros. fasc. 3. p. 268. beta. Yesoensis nob. (sp. propria?)

HAB. in insulà Yeso, unde habuit Dr Savatier.
JAPONICE.

Describ. – Caulis,,,,,; rami glabri, dense aculeati, aculeis flavidis, inaequalibus, e basi dilatatâ subrectis, parum vel non deflexis; stipule amplae, marginibus villosulae, glanduloso dentatae, auriculis triangularibus, acuminatis, parum divaricatis; petioli dense villosi, aculeolati, aculels minimis, uncinatis foliota trijugata, simpliciter et callose dentata, marginibus revolutis, ovato lanceolata vel oblonga obtusa, subtus dense cinereo villosa, rugosula; flores corymbosi, bracteis et bracteolis late ovatis, ad margines pubescentibus et glanduloso fimbriatis, pedicellos fere aequantibus; pedicelii parce villosi, mox gtabrati; tubus calicis glaber, globosus; sepala integra in apiculo 1 cent. Iongo producta, glandulis nigris crassis dense conspersa; flores albi, parvi (explanati 3-4 cent. diam.); styli breves, numerosi, crassi, staminibus breviores.

Cette variété diffère du type par ses rameaux glabres, par ses folioles plus petites, par ses pédicelles seulement un peu laineux dans leur jeunesse et par le tube du calice glabre; les styles sent identiques.

Le R. Iwara, var. yesoensis, a les feuilles et les stipules exactement semblables à celles du R. ruqosa; les dents qui bordent les stipules sont seulement un peu plus allongées et glanduleuses ; les fleurs rappellent tout à fait celles du R. multiflora. Il est certain qu'on est porté tout d'abord à considérer cette Rose comme une hybride, taut elle offre un mélange parlait de caractères empruntés au R. multiflora et au R. ruqosa. Mais il faut apporter tant de réserve lorsqu'il s'agit d'attribuer à une plante une origine hybride que nous croyons prudent de suspendre toit jugement à l'égard du R. Iwara et de sa variété que nous venons de décrire. Lorsque l'on connaìtra bien les conditions dans lesquelles les R. rugosa et multiflora se rencontrent an Japon, lorsqu'il sera bien démontré que le R. Iwara ne se reproduit point de graines durant plusieurs générations, il sera permis peutêtre alors de porter un jugement sur son origine. En attendant on est en droit de considérer comme gratuite toute supposition basée uniquement sur un mélange de formes appartenant à deux espèces.

(551). Sinica. = R. Iaevigata Midi. fl. boreal. Amer. 1. p. 295 (nomen antiquius); Crépin. Prim, mon. ros. fasc. 3, p. 359.

Le Dr Savatier a récolté dans le jardin d'Oyakouyen, à Yedo, une variété de cette espèce à fleurs très-simples, dont le tube calicinal est complètement nu, et dont les stipules sont soudées avec le pétiole dans la moitié de leur longueur. M. Crépin assure avoir toujours vu le tube calicinal plus ou moins hérissé dans cette espèce. D'après notre spécimen, la phrase de l'Hortus Kew: "receptaculis fructùs glabri" s'explique très-bien en ce qui concerne l'absence de soies sur les calices. Quant à la soudure des stipules, M. Crépin, l. c. p. 159, cite un cas analogue observé par M. Maximowicz, dans un jardin, à Yokohama. Le R. laevigata, dans sa forme la plus ordinaire, a les stipules soudées jusqu'au quart ou au tiers seulement.

(555). Microphylla. — Adde:

D'après plusieurs spécimens récoltés à Hakone, les fleurs de cette espèce sont grandes (larges de 7-8 cent.), blanches avec l'onglet jaunàtre sur le sec; les pétales sont obcordés, profondément échancrés. Le Dr Savatier a récolté dans les jardins d'Oyakouyen une variété du R. microphylla à fleurs simples et d’un rouge vif. Le Phonzo zoufou, ainsi que nous l'avons dit, figure la plante sous ces deux couleurs.

(557). Acieularis – Adde:

HAB. in monte Fudsi Yama, insulae Nippon (Tschonoski).

Observ. — M. Crépin, Prim. mon, ros. 3, p. 301, n'est pas certain que la plante récoltée par Tschonoski appartienne réellement au R. acicularis, à cause de ses feuilles formées d'un nombre plus considérable de folioles, et il la distingue provisoirement sous le nom de R. nipponensis. Cf. Crépin, l. c.