Daniel Lacombe (Hybrid Multiflora) [Rosa multiflora x Margaritta (Noisette)]

Journal des Roses, 1898

Notre plauche coloriée représente aujourd'hui une rosé déjà fort répandue dans les cultures où elle est justement appréciée comme sarmenteuse. Obtenue de semis par M. Allard, vice-président de la Société d'horticulture, à Angers, par le croisement du rosier Polyantha et du Noisette Margaritta, ce rosier fut vendu en novembre 1885 par l'intermédiaire de M. Moreau-Robert, rosiêriste de la localité.

A cette époque, on croyait que cette rose dédiée à M. Daniel Lacombe, avocat à Nantes, beau-père de M. Allard, — était remontante; mais il n'en est rien. C'est à peine si à l'automne ou voit paraître quelques rares petites fleurs imparfaites produites par des branches taillées courtas et trop tardivement. L'arbuste est excessîvement vigoureux, à bois lisse, donnant des rameaux qui atteignent jusqu'à quatre mètres de longueur. Les fleurs moyennes, en corymbes de 60 à 80, sont presque pleines, jaune chamois en ouvrant, parfois légèrement teintée de rose, et passant au blanc presque pur après épanouissement. Bien que hybride par un Noisette, le rosier Daniel Lacombe est souvent classé parmi les polyanthas étant donné les principaux caractères qu'il a conservé du type qui l'a produit.

Nous ne saurions trop recommander ce sarmenteux pour garnir les tonnelles, guirlandes, colonnades, palissades, etc., où il produit le meilleur effet.
PIERRE, DU PLOUY.

April 22, 2004 (SJH)