Desprez à Fleur Jaune (Tea-Noisette) [Probably a cross of Bourbon and a Noisette, one or both of which descended from the 'Blush Tea-scented']

Maund: The Botanic Garden vol. 4 (1878)

Hereman: Blight on Flowers, t. 12b (1840)


Annales de la Société d'Horticulture de Paris, 13: 206-207 (Sept 1833)

1°. Noisette-Desprez, Noisette jaune. C'est sous le premier de ces noms que M. Pirolle a décrit cette Rose dans les N°s d'août et septembre 1831 des Annales de la Société d'Agronomie pratique, et c'est sous le dernier nom qu'on en parle plus généralement dans le monde amateur de belles fleurs. On la doit à M. Desprez, propriétaire amateur, à Yèble, près Guignes (Seine-et-Marne); elle paraît être le résultat d'une graine du Bengale-Bourbon, fécondée par un Rosier-Noisette. M. Desprez n'a cependant donné aucun renseignement à cet égard; mais le port et la vigueur de la plante rappellent un Rosier-Bourbon, tandis que la fleur rappelle un Rosier-Noisette, et le tout constitue ce qu'on appelle un hybride.
[... it appears to be the result of a seed of the Bengal-Bourbon, pollinated by a Noisette rose. M. Desprez , however, has given no information in this regard; but the plant's carriage and vigor are reminiscent of a Bourbon, while the flower resembles a Noisette, and the whole is what is called a hybrid.]

La Noisette-Desprez est un arbrisseau vigoureux, se soutenant bien, et dont les aiguillons sont violàtres et épais; ses feuilles sont grandes, bien étendues, coriaces, d'un très beau vert luisant, à cinq folioles ovales, acuminées, bordées de dents émoussées et nombreuses, le pétiole commun est garni d'aiguillons en dessous, et le dessous de la nervure médiane de la foliole terminale est même assez souvent muni aussi de quelques aiguillons à la base quand les feuilles sont très grandes.

Fleurs terminales au nombre de trois à cinq sur chaque rameau, portées sur des pédicelles assez longs et assez flexibles pour qu'elles ne se nuisent pas réciproquement; les pédicelles sont purpurins, un peu pubescens, ainsi que les ovaires et les calices qui restent verts; les ovaires sont ovales-oblongs et les sépales peu ou point ailées; la fleur est pleine, large de 30 à 36 lignes, à pétales extérieurs larges, concaves et formant la soucoupe comme une Cent-Feuilles, à pétales inférieurs roulés en torsade, les uns et les autres d'un jaune-nankin ou ventre-de-biche lavé de rose dans la partie supérieure: l'odeur en est suave, et quelques personnes y trouvent celle d'un Ananas mûr.

On ne peut confondre cette Rose intéressante avec aucune autre, et elle conservera toujours une place distinguée dans les collections même les plus épurées.


Annica Bricogne: Choix du Plus Belle Roses, (1845-1854)