Le Bon Jardinier pour l'annee 1828 (1827) pp. 780-784

32. R. DES INDES. R. indica. PRONV. Monog. Ce rosier, que l'on a confondu avec le Bengale ou semperflorens, s'en distingue pourtant au premier coup d'oeil Le buisson est moins fort, les branches moins couvertes d'aiguillons crochus; ses folioles sont elliptiques, aiguës, velues en dessous; les serratures aiguës; les fleurs presque solitaires sont carnées, très-grosses, doubles, odorantes; le fruit très-gros, déprimé, renferme de 40 à 50 ovaires. La variété la plus connue est la R. THÉ, ainsi nommée pour son odeur; c'est d'ailleurs une fort belle rose qu'il est malheureusement difficile de conserver franc de pied. Le BENGALE JAUNE OU SULPHUREUX, que nous avons vu en fleur chez M. Cels, parait en être une sous-variété, plus petite et moins odorante. LE DUC DE GRAMMONT. Bengale thé, des semis de M. Laffey. Fleurs très-grandes et bien doubles, une de plus us belles de l'espèce.

34. R. NOISETTE. R. Noisettaeana Bosc. PRONV. Monogr. On avait confondu mal à propos ce rosier avec le semperflorens, avec lequel, toutefois, il a de grands rapports. C'est le frère de M. Noisette qui l'a envoyé des États-Unis, ou il l'avait obtenu d'un croisement du moschata avec le semperflorens. Ses folioles sont ovales, aiguës, simplement dentées, les pédoncules velus portent un grand nombre de petites fleurs doubles, carnées, blanches dans l'épanouissement, exhalant une odeur très-agréable. Ce charmant arbuste est maintenant multiplié dans les jardins. M. Noisette a obtenu de ses semis plusieurs variétés fort remarquables; Noisettaeana pumila, qu'il ne faut pas confondre avec celle que M. Vibert a obtenue du croisement du sempervirens.Noisettaeana à fleurs moyennes et à longs pédoncules érigés. — Noisettaeana à grandes fleurs rouges, envoyé d'Amérique. Le Noisettaeana est bifère; il supporte nos hivers modérés, et prend très-bien de bouture. Il est figuré au vol. 4e. de l'HERB. DE L'AM. LA BOUGAINVILLE, des semis de M. Vibert. Fleurs moyennes, pleines, bien fermées, pétales ondulés, d'un rose tendre tirant sur le lilas. Je l'ai observée chez M. Laffey. Les semis de ce cultivateur ont produit un bel hybride du Noisettaeana qui se nomme R. LA FAYETTE.

35. R. DU BENGALE. R. FLEURI. POIRET. R. semperflorens. R. bengalensis. Des Indes et de la Chine. HERB. DE L'AM. vol. 7. Arbuste très-vigoureux, à branches étalées, vertes et rougeâtres, garnies de forts aiguillons recourbés à leur base; folioles elliptiques, aiguës, glabres, crénelées plutót que dentées, glauques en dessous; pédoncules glabres. Fleurs ou solitaires, ou de 2 à 5, semi-doubles, pourpres, peu odorantes; fruits ovales, assez gros, contenant de 20 à 30 ovaires. Cet arbuste, que tout le monde recherche à cause de la perpétuité de sa floraison, se prête à tous les emplois. L'on en fait des haies, des palissades. On en a obtenu un si grand nombre de variétés, qu'il serait difficile de les énumérer dans cet article. Nous citerons cependant, comme un des plus beaux, le BENGALE ERMITE, apporté de Rennes par M. Hardy. Ses fleurs sont grandes, d'un cramoisi foncé; mais elles s'ouvrent difficilement. On trouve les variétés réunies chez MM. Noisette, Vibert, Godefroy et autres pépiniéristes. Voici les plus remarquables: La BICHONNE splendens,VELOURS POURPRE, — MONZA,DUCHESSE DE PARME, — BELLE DE PLAISANCE,BELLE CHINOISE,TENDRE JAPONAISE,BELLE VILLARESI,AMARANTHE,FEU ARDENT VELOUTÉ,HERMINIE,Camellia, — Elongata,CENT FEUILLES,CENT FEUILLES POURPRE,PRINCE EUGÈNE,DE FLORENCE, très-double, pourpre brun, pétales marginés d'une couleur cendrée, il se trouve chez M. Noisette.— R. B. spectabilis, fleurs moyennes, régulières, semi-doubles, pourpre intense, couleur fine et transparente. — R. B. DE 1814 ou R. VIBERT, grandes fleurs doubles, cramoisi foncé. — La BOULOTTE, semis du Luxembourg, fleurs moyennes, semi-doubles, pourpres, pommées comme le cent feuilles. On connaissait déjà le R. B. BLANC, — BOURSAULT, convenable pour espaliers, — THISBÉ,CERISE ÉCLATANTE, — B. ÉLÉGANT, — B. TERNAUX, — B. ANEMATING, — B. SANS AIGUILLONS OU inermis, — B. A FEUILLES LONGUES, — B. hibiscus, — B. MOUSSELINE, ou à odeur de jacinthe, — B. LIE DE VIN. — La R. B. CHAMNAGANA, du Luxembourg, qui pourrait constituer une espèce lorsqu'elle sera plus connue. Parmi le grand nombre de variétés de Bengale, que les amateurs ont remarquées, en 1827, il convient de citer les suivantes: ETHNA Laffey. Fleurs pleines, régulières, d'un pourpre carmin très-éclatant. — SAPHO, de M. Thory, propre à garnir des berceaux. Fleurs moyennes, semi-doubles, pourpres. — BENGALE GAUFFRÉ, du Luxembourg, qui me paraît être un croisement de la Sanguine. — BENGALE PAPILLON. Semis de M. Dubourg. Fleuri moyennes, d'un pourpre brillant, très-élégantes. — CHARLES X. Semis de Vibert. Fleurs pourpres nuancées, moyennes, bien doubles, corymbes étalés, pédoncules allongés, port élégant. — Les BENGALE ZULMÉ et P. VIBERT, soutiennent leur réputation ainsi que le B. CRISPÉ, du Luxemnbourg, et les B. REVERSA et BOURSAULT, pour couvrir des treillages. Autres Bengales. — LE PETIT AUGUSTE, d'un rose tendre, fleurs très-nombreuses, en corymbe comme dans le Multiflora. — LE DUC DE CHARTRES. Grandes, régulières, très-doubles et d'un rouge vif. — LE COMTE DE BRETEUIL. Plus grande et aussi double, d'un rouge foncé. — FÉNÉLON. Belle fleur, grande et très-pleine, d'un rouge vermillon; ses pétales sont blancs à l'onglet. Toutes du Luxembourg. La nouvelle R. REDOUTÉ, des mêmes semis, est un des plus beaux hybrides de Bengale.

36. R. DE LAURENCE. BENGALE POMPON. R. Laurenceana SWEET. De la Chine. Un des plus petits du genre: il s'élève à peine à un pied; touffe serrée; folioles ovales-lancéolées, à dentelures aiguës et glauques en dessous; il porte un grand nombre de petites fleurs doubles, pourpre clair, à limbe des pétales terminé par une pointe. Le fruit ne renferme que 7 à 8 ovaires. Ce rosier est au semperflorens comme le parvifolia au gallica. Il fleurit pendant toute la belle saison, mais il faut le rentrer l'hiver. M. Noisette le possède à fleurs simples. Ce petit arbuste produit un charmant effet sur le devant des massifs de heurs. Le nombre des variétés de Bengale est tellement augmenté qu'il nécessite une classification particulière comme le Gallica. Presque toutes ces variétés greffées poussent vigoureusement: le Boursault, par exemple, s'élève à 15 pieds au moins. Parmi ces variétés de semis jai remarqué le Bengale VELOUTÉ du potager du Roi à Versailles, dont les fleurs semi-doubles ont la couleur et la beauté de l'amaryllis formosissima. Bengale PIVOINE, semis de M. Hardy. Bengale UNIQUE; bleue double de M. Barrier. Godefroy. FLORIDE du Luxembourg, la même que CALYPSO de NOISETTE, id. Bengale CRISPÉ, du Luxembourg. M. Hardy a obtenu, des gI'aines du Laurenceana, plusieur; variétés doubles et simples; elles ont à peine 3 pouces de hauteur et les fleurs 3 lignes de diamètres, et cramoisie. Ses sépales sont foliacées et prolongées ass delà de la corolle. Les feuilles très-petites ont la texture et la forme de celles du Laurenceana. M. Dubourg a semé le Laurenceana, et a obtenu des variétés qui different des précédentes.

37. R. DE LA CHINE. R. sinensis JACQ. Délicat; d'un à a pieds au plus. Feuilles ovales-lancéolées, à dentelures aiguës, colorées de rouge en dessous; folioles 3-5; fleurs solitaires et terminales, d'un rouge foncé, à pétales entiers (sans pointe), portées par des pédoncules faibles. Ce rosier ne supporte point la rigueur de nos hivers. La culture en a obtenu de charmantes variétés semi-doubles et très-doubles, et dont les couleurs plus ou moins foncées sont en général d'un beau cramoisi. L'une de ces variétés a les pétales pourpre foncé, et une tache blanche à l'onglet.

Rose lists