Revue Horticole 164-165 (1886)

ORIGINE DU FRAISIER DES QUATRE-SAISONS

Si l’on jugeait d’après certains faits bien connus, et que nous allons rapporter, cette question d’origine du Fraisier des Quatre-Saisons, elle serait bientôt résolue. La conclusion serait qu’il provient des grosses Fraises. Mais alors se présenterait cette objection, que le Fraisier des Quatre-Saisons est une espèce qui croît spontanément dans certaines parties des Alpes, d’où le nom de « Fraisier des Alpes » par lequel on le désigne parfois. Et alors, ici, il y aurait désaccord entre les auteurs. En effet, tandis que certains regardent le Fraisier des Quatre-Saisons comme une espèce distincte, d’autres le considèrent comme une variété du Fraisier des bois (Fragaria vesca). Lesquels ont raison ? Bien que les deux opinions puissent être soutenues, la dernière, pourtant, parait plus probable.

(1) Voir Revue horticole, 1884, p. 40.

Jusqu’ici, en effet, on avait bien parlé çà et là de quelques productions spontanées de Fraisiers Quatre-Saisons, mais aucune ne paraissait assez probante pour éclairer suffisamment le débat, et donner une solution suffisante. Aujourd’hui il en est autrement et la question semble entrer dans une nouvelle voie. Elle a été ouverte par les diverses particularités remarquées sur l’obtention de Fraises, à propos de la variété Belle de Meaux (1), Quatre-Saisons sortant de la variété Général Chanzy, qui est une grosse Fraise non remontante. Voici, à ce sujet, ce que nous écrivait M. Edouard Lefort, l’obtenteur de la Fraise Belle de Meaux:

Mon cher Rédacteur en chef,

J’ai continué cette année mes semis de Fraisiers Général Chanzy. Procédant par ordre, je vous donne d’abord les renseignements de l’année 1884.

Les semis de graines prises sur de grosses ou sur des petites Fraises ne m’ont pas donné plus de Quatre-Saisons l’une que l’autre. J’ai obtenu un beau plant un peu amélioré mais ayant plus le caractère de grosse Fraise, et quatre pieds de grosse Fraise SANS FILETS.

J’ai semé aussi les Fraises Marguerite Lebreton et Jucunda, mais je n’ai pas obtenu de Quatre-Saisons bien que les pieds de ces variétés fussent placés auprès de la Fraise Belle de Meaux.

Pour cette année, j’ai continué les semis de la Fraise Général Chanzy, provenant de grosses ou petites Fraises, et j’ai obtenu le meme résultat que l’année dernière : une dizaine de Quatre-Saisons par terrine, par conséquent rien de semblable à ce que j’avais obtenu la première année, c’est-à-dire en 1883, où mes graines de fruits tardifs levèrent comme du gazon.

J’ai eu, cette année, l’idée de semer des graines d’une Fraise nouvelle, obtenue d’un semis de Général Chanzy et provenant de la même année que la Fraise Belle de Meaux. Cette Fraise est plus tardive que la Fraise Général Chanzy, de mêmes couleur et grosseur, mais plus rustique, et de ce semis j’ai obtenu presque toutes Quatre-Saisons. De même que la première année, le plant des Quatre-Saisons est même plus fort que le plant qui reste en grosse Fraise.

J’ai semé aussi des graines de la Fraise Pauline fécondée par la Fraise Général Chanzy et j’ai obtenu des Quatre-Saisons d’une force et d’une vigueur extraordinaires. Que produirontelle? Ls’avenir le dira.

Agréez, etc. Édouard Lefort.

De cette lettre, dont nous remercions l’auteur, il résulte ce fait important au point de vue qui nous occupe, que différentes variétés de grosses Fraises peuvent donner des Quatre-Saisons. D’où l’on pourrait conclure que celles-ci proviennent de celles-là. Ce qui semble encore en faveur de cette hypothèse, c’est que jusqu’à ce jour, que nous sachions du moins, on n’a jamais obtenu de résultat inverse, c’est-à-dire que l’on n’a pas d’exemple que des fruits du Fraisier des Quatre-Saisons aient produit des Fraisiers à gros fruits, ce qui, pourtant, n’autorise pas à affirmer que le fait ne soit pas possible.

(2) Voir Revue horticole, 1885, p. 505.

Dans les expériences de M. Lefort nous remarquons: que la variété Général Chanzy a produit des Quatre-Saisons, fait également constaté par M. La pierre (2); 2° qu’on a obtenu le même résultat avec la variété Pauline, mais non avec les variétés Marguerite Lehreton et Jucunda qui, cependant, sont également des variétés à gros fruits comme les variétés Général Chanzy et Pauline.

Mais, cette fois, outre les Quatre-Saisons, nous voyons, de graines de grosses Fraises trés-traçantes, sortir un nouveau type: des Fraisiers non traçants, fait identique à ce que nous avons déjà constaté et complètement analogue à ce qui se produit fréquemment sur les Fraisiers Quatre-Saisons traçants qui donnent des non traçants ou Fraisiers « buisson ».

De tous ces faits s’ensuit-il qu’on puisse poser des règles absolues, et conclure qu’on pourrait, à volonté, obtenir ces mêmes résultats? L’expérience pourra seule le dire.

E.-A. Carrière.